« Qui a dit ? | Accueil | On n'est pas chez les cons »

Le secret de la paix intérieure

Ligloo Il y a à New York des supermarchés ouverts toute la nuit, des salles de sport ouvertes toutes la nuit. J’ai emmené une amie essayer le spa de nuit. Evidemment, on aurait pu y aller plus tôt, mais à quoi bon vivre à New York si c’est pour aller au hammam l’après-midi. Pour les New Yorkais, l’endroit se situe dans « Koreatown », la 32ème rue de New York, entre la Cinquième avenue et Broadway. Le vendredi soir, la rue grouille de gens qui vont aux restaurants coréens et nombreux karaokés. Après avoir arpenté la rue, on a vu le signe « Juvenex » coincé entre un supermarché coréen et une boite de nuit. On a eu du mal à entrer : un homme saoul était agrippé des deux mains à la porte prêt à vomir. « Pardon, on vient pour la purification. » Quand la porte de l’ascenseur s’est ouverte au cinquième étage, on est arrivé dans un endroit aux lumières tamisées avec de la musique douce et des jeunes femmes avec des accents qui nous ont demandé ce que nous souhaitions. La brochure est pleine de formules très chères avec des noms qui combinent l’univers des magazines féminins et des jeux vidéos, comme l’« allurification » ou la « total indulgence. » On s’est changé (« pose pas ton sac là, Catherine, les canalisations fuient par les dalles du plafond moisies ») et on a pris le « voyage de Jade » qui supposait de traverser « le pont de la tranquillité » pour aller dans « l’igloo de jade » (sauna), avant de prendre des bains de vapeur de gingembre, tremper dans une baignoire de citrons, interrompus de « rainforest shower » (douches froides). Il y a des bougies, des feuilles de palmiers, et les cui-cuis des colibris (ok, ça va, on sait que ce sont des enregistrements). Les jeunes femmes douces vous apportent des gobelets d’eau au citron et des tranches d’ananas découpées. On était bien, là, à tremper dans les citrons comme dans des saladiers de punch. Tout à coup, on entendait « ting » c’était la porte de l’ascenseur qui s’ouvrait et les boum tskt boum tskt de la boite de nuit remontaient jusqu’à nous. Elle se refermaient en on entendait à nouveau les colibris. Vers minuit, il commençait à y avoir plus de monde. J’ai lu quelque part que c’est un endroit prisé des acteurs de Broadway qui viennent après le boulot chercher la paix dans l’eau citronnée (« Et lui Catherine, tu crois qu’il joue dans le roi Lion ? ». On avait l’impression de porter des kilos de sérénité avec nous quand on a repris l’ascenseur deux heures et demi plus tard. Ting, il s’est arrêté au troisième étage, au milieu de la boite de nuit. Là, les jeunes femmes douces aux accents qui nous servaient des citronnades sont montées dans l’ascenseur. « Vous allez danser entre les shifts ? » Je leur ai demandé. « Non, juste boire. »

septembre 2, 2006 | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83452400d69e200d834ad9dbc53ef

Listed below are links to weblogs that reference Le secret de la paix intérieure:

Commentaires

Intéressante expérience de totale zénitude ! Puisque j'irai à New-York au printemps prochain, je sais maintenant où confire dans le citron :-). Après visite du site internet, je crois que je me laisserais bien tenter par "un massage de rêve à 4 mains" d'1 heure (tout un programme !), mais dans cette perspective, il vaut mieux que je commence à économiser dès maintenant ;-), parce que ce "secret de la paix intérieure" n'est pas vraiment donné...

Rédigé par : Novalisa | 2 sep 2006 20:58:56

Super. New York: la ville qui ne dort jamais.
Paris est une ville magnifique, mais il n'y a aucune vie nocturne digne de ce nom. Pour trouver un livre le soir, je ne connais que "L'Ecume des Pages" ou "la Hune", et encore, ces librairies ferment à minuit.
Dur pour les noctambules!

Rédigé par : Oxymoron Biscornet | 3 sep 2006 00:10:57

pour les livres autrefois il y avait le drugstore mais avec un choix très limité. Charmant le billet

Rédigé par : brigetoun | 3 sep 2006 10:33:39

Y a pas à dire, quand je te lis je me dis que l'habite à PloucVille ! ;))

Rédigé par : Anne (Papilles) | 3 sep 2006 10:43:05

Chouette billet!
C'est marrant, un spa au 5ème, sachant qu'un mètre cube d'eau pèse une tonne, il a fallu trouver un immeuble solide...

Rédigé par : Henri | 3 sep 2006 18:05:36

Sans parler de la construction de l'igloo...

Rédigé par : Guillemette | 3 sep 2006 18:23:19

J'ai un doute : est-ce que les colibris, ça fait vraiment cui-cui ? (à moins que ce soit uniquement sur bande enregistrée !)

Rédigé par : roud | 6 sep 2006 17:54:30

Très sympa l'article du Fig Mag, mais est-ce que c'était une "vraie" journée ou une recomposition de plusieurs journées?

A.

Rédigé par : Adrienhb | 10 sep 2006 12:20:00

C'était une vraie journée, celle du 1er septembre. L'exercice était un peu difficle parce que c'était la veille de Labour Day et New York n'avait pas autant d'activité que d'habitude.

Rédigé par : Guillemette | 12 sep 2006 03:13:17

C'est frais, drole, un brin ironique bref,..., un plaisir à lire.
Merci pour ce bon moment en ta compagnie.
Vu de France c'est encore meilleur ! :)

Rédigé par : ~ SYGA ~ | 8 oct 2006 16:42:09

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.